balades & voyages
2 commentaires

Gaasbeek : paons et potirons

L’avantage d’habiter Bruxelles est de pouvoir, en quelques tours de roues – le ring une fois franchi – se retrouver dans la paisible campagne du Pajottenland qui inspira Brueghel et tant d’autres peintres flamands. Les paysages ont d’ailleurs comme un air de déjà-vu pictural : grasses prairies bordées de rangées de saules, placides troupeaux de vaches rousses et blanches, clochers de brique rouge sur des ciels gris souvent chahutés. C’est très beau et je m’y sens bien. J’ai dû vivre là aussi dans une de mes vies antérieures … Encore que je n’arrive pas à m’imaginer en paysanne pataugeant dans la boue – ou pire la bouse ! -, la vraie campagne je l’ai toujours préférée sur les murs des musées ou dans les revues de déco … Mais bon, je digresse …

Dans le pajottenland, à deux pas donc, se trouve Gaasbeek, un tout petit village où se tient chaque samedi un micro-marché de producteurs locaux et bio.

Ceux qui, comme moi, ont fait de la recherche de vrais légumes leur sport favori, comprendront que la seule perspective d’acheter un potiron dodu ou des tomates de plein air, le tout sans l’once d’un produit chimique, me met dans un état proche de la transe. Je veux arriver au marché avant l’heure d’ouverture officielle car, comme dans quelque endroit de louches transactions aux règles tacites connues des seuls initiés, je sais que nous pouvons malgré tout nous faire servir sitôt arrivés devant les étals et donc rafler notre content de fruits et légumes. Il nous faudra quand même attendre le ding de la cloche annonçant l’ouverture du marché (on ne plaisante pas à Gaasbeek !) pour pouvoir sortir nos pièces et billets et enfin emporter nos trésors végétaux sous les regards de convoitise de ceux qui n’auront pas anticipé et devront se contenter des « restants ». M’offrir des bijoux de prix me comblerait moins ! Encore que … Pour reprendre mon expression favorite : l’un n’empêche pas l’autre. A bon entendeur …

Mes producteurs préférés sont des flamands installés à Sint-Lievens-Esse et qui produisent les meilleures tomates de Belgique – tomates Rose de Berne, Zebra, cœur de bœuf, Noire de Crimée… et aussi betteraves, roquette, persil tubéreux, pourpier, choux, potirons …

Nos emplettes dans les sacs, et les sacs dans la voiture, nous avons pour habitude de faire une petite balade, soit jusqu’à Het waterhof, une ferme-salon de thé toute proche (le lait y est transformé sur place en glaces divines que l’on déguste tout à côté des étables au son des meuuhh de nos amies. J’adore !) soit jusqu’au château de Gaasbeek et de son grand parc, idéal pour faire une petite promenade et y récolter de quoi décorer la table du soir …

Petite digression (encore) sous forme de conseil : lors de vos balades, ayez toujours dans l’une de vos poches un ou deux sacs de congélation avec zip. Pourquoi ? Et bien pour y mettre à l’abri et transporter les trésors que vous glanerez (fleurs, châtaignes, cailloux, glands, écorces, plumes d’oiseaux …) et qui viendront ensuite enchanter votre maison.

Aujourd’hui, nous décidons de nous rendre chez la marquise Visconti ou plutôt dans ce qui fût son domaine, le château de Gaasbeek.

L’origine de ce château remonte au Moyen Age. Mais de cette époque point de traces. Et pour cause, jusqu’au 19ème siècle, le château a vécu sa vie de château ou plutôt a subi sa vie de château : construit, détruit, reconstruit, convoité, pillé, restauré, donné, repris, hérité, remanié … pour finalement – et c’est là où cela devient romanesque et donc intéressant – devenir la propriété de la bohème et très libre marquise Marie Arconati-Visconti (1840-1923) et de son italien de mari, Gianmartino Visconti, richissime héritier qu’elle eût la bonne idée d’épouser en 1873 – elle, fille du député français de gauche Alphonse Peyrat. Elle-même d’ailleurs recevait Jaurès et Gambetta et fût surnommée la marquise rouge. J’ai également lu qu’elle roulait ses cigarettes, ne détestait pas user d’un langage de charretier et aimait à se promener dans son château habillée en page (une amoureuse des contrastes ! Cela me plait bien …). Lorsque Gianmartino meurt, trois ans après leur mariage, loin d’être une veuve inconsolable, Marie succombe au charme de Raoul Duseigneur (ça ne s’invente pas !), antiquaire qui la conseillait dans ses achats d’œuvres d’art. A la fin du 19ème siècle, elle fait restaurer le château dans un style néo-renaissance. C’est le château tel qu’on le connait aujourd’hui.

Pour tout dire, ce château je le trouve légèrement kitsch, un peu comme un décor d’opérette (mais bon, une marquise bohème se promenant habillée en page au bras de Duseigneur…). Ce que je préfère finalement, ce sont les jardins de buis taillés qui surplombent la belle campagne flamande.

En cette fin d’après-midi les lointains sont bleutés et se fondent dans le ciel comme dans une peinture flamande …

Dans les allées, nous croisons toute une tribu de paons. Une bonne vingtaine d’oiseaux dont des jeunes extrêmement comiques sous leur plumage ébouriffé. Une petite troupe qui n’aurait pas déplu à la marquise …

On s’attarde encore un peu entre les buis en profitant du soleil.

Puis il est l’heure de renter.

Ce soir, nous dînons d’une soupe au potiron et d’un beau poulet fermier. Un feu de bois crépite. Sur la table, ma composition d’automne. Le chat Lila nous tient compagnie. Jazz puis clavecin puis la musique de la pluie sur les vitres.

Bruxelles a du bon …

 


 Recette de ma soupe potiron-coco dans un prochaine article !

 

 

 

 


 

 

2 commentaires

  1. Charlotte dit

    Quelle belle idée de promenade! J’habite à Bruxelles et je ne connaissais pas ce lieu. Je le rajoute sur ma liste et je note le salon de thé à proximité.Comme vous, je suis accroc au tea-time! Merci pour ces adresses et vos photos qui donnent envie de s’y promener pour de vrai.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s