Tous les articles classés dans : non classé

Tartines belges, tartines de printemps

J’adore les radis et le printemps venu je ne résiste pas à leur belle couleur rose indien et leur croquant frais-piquant. J’aime les manger avec juste un peu de sel de Guérande, un très bon pain de campagne et du beurre salé, émincés en jolies rondelles dans une salade composée ou … sur des tartines ! Je ne connaissais pas cette recette avant que Monsieur Bruxelles n’évoque ses souvenirs gourmands de petit ket* et ces fameuses tartines belges. Depuis, à la belle saison, je prépare souvent en guise d’en-cas ou parfois pour l’apéritif, ces tartines belges (ou tartines de Bruxelles) qui, en dépit de leur extrême simplicité, sont assez raffinées et absolument délicieuses. Les photos parlent d’elles même et il est presque inutile de vous en donner la « recette » : pain de campagne, fromage blanc et oignons nouveaux hachés, radis en rondelles et ciboulette. Pour ma part, j’utilise un très bon pain bio de chez Alex Croquet à Lille – l’un des meilleurs boulangers au monde – ou de chez C’est si bon lorsque je suis à Bruxelles. …

Cucurrucucù

J’ai toujours pensé que dans la vie, pour les grandes comme les petites choses, tout est une question de moment. Le bon moment, le moment juste, le moment opportun ou plutôt, le moment où l’on est prêt. Prêt à lire un livre qui va transformer notre regard sur le monde, prêt à apprécier tel compositeur (qu’on détestait jusqu’alors), prêt à découvrir telle personne (à l’opposé pourtant de ceux que l’on jugeait – un peu étroitement – trop différents de nous) … Là non plus il n’y a pas de hasard. La vie agence toutes nos expériences comme les pièces d’un puzzle, nous adoucit, nous rend plus indulgent mais également nous renforce, nous mène, mine de rien, vers ce qui nous est essentiel, ce qui répondra à nos questions, ce qui nous correspondra … Enfin, pour moi en tous cas. Il y a quelques semaines, à une heure avancée de la nuit (j’ai, par nature, des horaires espagnols), je sirotais doucement une verveine. Il fallait que j’aille me coucher – le lendemain j’avais école – mais …

Première !

Cela fait des mois que j’y pense, des mois que j’en parle, des mois que je stocke virtuellement idées et images. Un blog. Un blog ? Et pourquoi pas finalement ? Un blog comme un modeste, très modeste, journal pour partager mes découvertes, ce que j’aime, ce qui rend la vie belle : l’art, toujours, le bleu du ciel, le ciel immense, les voyages – même immobiles ou de l’autre côté de la rue -, les roses au jardin, le Gigondas, l’école buissonnière (car il faut toujours s’échapper, la vie est dehors !), les hirondelles et les avions, l’heure du thé – le meilleur moment de la journée – pour prendre le temps de regarder et de savourer … Mais en bonne balance que je suis (mon signe astrologique me pousse à l’hésitation et à la tergiversation sans fin) j’ai hésité, hésité, hésité. D’autant que, coincée entre l’envie et la réalisation, pesait de tout son poids la terrible question « mais qui cela va-t-il intéresser ? ». J’ai donc remisé, bien rangé, dans un coin de ma tête cette idée de blog …